Donnez-nous des Jardins - Chanson et poème de Pierre Perret

Publié le par meli-melo de paysages

Donnez-nous des jardins
                                                                   Pierre Perret


 Donnez-nous donnez-nous des jardins
 Des jardins pour y faire des bêtises
 D'ou l'on revient des p'tites fleurs à la main
 Quand on a déchiré sa chemise
 Des jardins d'ou l'on est si contents
 De rentrer les genoux tout en sang
 

C'est pas qu'on s'embête

En bas des H.l.m.
Mais les galipettes
Sur le ciment c'est pas la crème
Pour trouver de l'herbe
Accrochez-vous bien
Comme disait un lézard vert
Qui était pas daltonien
Si on cassa les vitres
Quand on joue au football
Qu'on vous casse les pieds
Aussitôt qu'on revient de l'école
C'est qu'on manque d'espace
De piafs et de feuilles
Y a plus qu'à la caisse d'épargne
Qu'on trouve des écureuils
 

Donnez-nous donnez-nous des jardins

Des jardins pour y faire des bêtises
D'ou l'on revient des p'tites fleurs à la main
Quand on a déchiré sa chemise
Des jardins aux odeurs sauvageonnes
Ça vaut celles des oxydes de carbone

Bien souvent je rêve
De bêtes et de prairies
Recherchant une trêve
A cet univers un peu gris
Je joue aux abeilles
Le vol du bourdon
Si la reine s'émerveille
Mon goûter sera bon
Les mulots gambillent
Le hibou vend des poux
Une jolie chenille
Est venue tremper une soupe aux choux
Un pauvre mille-pattes
Se voit déjà ruiné
Par cinq cent paires de savates
Qui ont besoin de ressemeler
 

Donnez-nous donnez-nous des jardins

Des jardins pour y faire des bêtises
D'ou l'on revient des p'tites fleurs à la main
Quand on a déchiré sa chemise
Des jardins d'ou l'on est si contents
De rentrer les genoux tout en sang
 
Dire au hérisson
Qu'il peut aller se raser
Au vieux saule pleureur
De ne pas trop se démoraliser
Et à la mante religieuse
De ne pas bouffer son mec
Quand même ces dames du M.l.f.
Trouveraient pas ça correct
Quelle vie merveilleuse
Loin des marteaux-piqueurs
Des marchands de béton
Qui feraient bien mieux de vendre des choux-fleurs
Laissez pousser l'herbe
Les arbres et les fleurs
Même les ânes en ont besoin
Autant que les promoteurs

Donnez-nous donnez-nous des jardins
Des jardins pour y faire des bêtises
D'ou l'on revient des p'tites fleurs à la main
Quand on a déchiré sa chemise
Des jardins pleins d'animaux marrants
Ça nous changerait un peu de nos parents.







Publié dans citations

Commenter cet article

Phyto 16/08/2008 22:47

Superbes paroles.

sev 30/07/2008 17:37

magnifique texte !!! et j'adore la première photo
très chouette
bizzzz

Linda et Picasso :0079::0071: 29/07/2008 16:38

Les soldats s'en vont lentement
Dans la nuit trouble de la ville.
Entends battre mon coeur d'amant.
Ce coeur en vaut bien plus que mille
Puisque je t'aime éperdument.
*
Je t'aime éperdument, ma chère.
J'ai perdu le sens de la vie
Je ne connais plus la lumière,
Puisque l'Amour est mon envie,
Mon soleil et ma vie entière.
*
Ecoute-le battre, mon coeur!
Un régiment d'artillerie
En marche, mon coeur d'artilleur
Pour toi se met en batterie,
Ecoute-le, petite soeur.
*
Petite soeur je te prends toute
Tu m'appartiens, je t'appartiens,
Ensemble nous faisons la route,
Et dis-moi de ces petits riens
Qui console qui les écoute.
*
Un tramway descend vitement
Trouant la nuit, la nuit de verre
Où va mon coeur en régiment
Tes beaux yeux m'envoient leur lumière
Entends battre mon coeur d'amant.
*
Ce matin vint une mésange
Voleter près de mon cheval.
C'était peut-être un petit ange
Exilé dans le joli val
Où j'eus sa vision étrange.
*
Ses yeus c'était tes jolis yeux,
Son plumage ta chevelure,
Son chant les mots mystérieux
Qu'à mes oreilles on susurre
Quand nous sommes bien seuls, tout les deux
*
Dans le vallon j'étais tout blême
D'avoir chevauché jusque-là.
Le vent criait un long poème
Au soleil dans tout son éclat.
Au bel oiseau j'ai dit:" Je t'aime "

Guillaume Apollinaire
2 Février 1915.
extraite du livre" je pense à toi mon Lou "

iris 29/07/2008 13:29

c'est une magnifique chanson
elle va si bien avec toi
bisous d'iris

nanny 28/07/2008 20:57

j'espère que tu vas bien,
Bisous